Présentation de l’Association

L’association MARELLE WOCHICAM (WOmen CHIldren CAMbodia) est une association à but non lucratif, loi 1901, qui a vu le jour en décembre 2005. La vie associative est rythmée par plusieurs rendez vous dans l’année : assemblée générale, conseils d’administration, ventes artisanales, …

Qui sommes-nous ?

MARELLE WOCHICAM est composée de 70 adhérents (parrains et donateurs réguliers) dont 7 membres constituent le Conseil d’Administration.

Les 7 membres du CA ont en commun un très fort attachement au Cambodge en général et à cet orphelinat en particulier, plein de vie et de joie, malgré le contexte local délicat.

Depuis janvier 2013, MARELLE WOCHICAM est représentée sur place par un interlocuteur local auprès de la direction du Centre, ainsi qu’auprès des institutions et associations avec lesquelles elle est amenée à travailler.

Objectifs

En savoir +

MARELLE WOCHICAM a pour vocation de soutenir les enfants de l’orphelinat de Bakou grâce à sa politique de PARRAINAGE et de dons et des PARTENARIATS actifs.

Elle accompagne ainsi au quotidien ces enfants en leur assurant un accès à la scolarité et en améliorant leurs conditions de vie et de bien-être dans le centre. Ses MISSIONS se concentrent plus concrètement autour de quatre grands axes :

ALIMENTATION   –   SANTE & HYGIENE   –   EDUCATION & AVENIR   –   BIEN-ETRE & LOISIRS

En soutenant l’orphelinat, nous voulons éviter à des enfants le travail forcé, la mendicité, la prostitution ou la délinquance.

Association de taille humaine, MARELLE WOCHICAM est également très opérationnelle et privilégie la COMMUNICATION entre donateurs, parrains et filleuls. Des courriers sont échangés entre les parrains/marraines et les enfants environ deux à trois fois par an.

Rapport d’activité de l’année 2016

EXTRAIT DU RAPPORT 2016 :

« Situation au Centre KFH en 2016.

Le nombre d’enfants résidant dans le centre a diminué malgré l’arrivée de 2 nouvelles fratries. Seuls 3 des 24 enfants vivant au Centre KFH fin 2016 et parrainés par Marelle Wochicam sont de «vrais» orphelins de père et de mère. Six viennent de familles dont les parents ont divorcé avec pour résultat soit une famille monoparentale dont la mère est trop pauvre pour subvenir aux besoins des enfants soit un père non susceptible de pour voir subvenir aux besoins de ses enfants mais ayant formé une nouvelle famille dont les premiers enfants sont exclus. Pour les 13 autres enfants soit la famille est pauvre, soit un des parents est décédé, laissant le survivant trop démuni pour subvenir aux besoins de ses enfants, soit les enfants ont été retirés aux parents pour maltraitance. »


icone-pdf

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT 2016